Sarko show : sa future France ne rassemblera pas tout le monde

Sarkozy face à Delahousse... et à la France de demain Fourbe, Nicolas Sarkozy prétend avoir changé et vouloir rassembler tout le monde. Or, c’est toujours un excellent démagogue. Les exemples sont nombreux mais prenons un des récents débats ayant cristallisé à merveille l’opposition gauche-droite : le « mariage pour tous ».

Quelqu’un m’a dit que tu m’aimais encore… La France réveille douloureusement les paupières. Elle serait endormie et il lui faudrait bien un chevalier pour baiser ses lèvres et la réveiller. Elle s’adresse à Nicolas Sarkozy : « Tu m’aimerais encore ? ». Bien sûr qu’il t’aime ! Pour preuve, il a décidé de revenir. Il est bien brave comme tous les chevaliers des contes de fée. Mais comme tous les preux chevaliers, son côté sombre est plus intéressant à analyser. Et dans son côté sombre : son envie d’être prêt à tout pour séduire l’électorat.

Dès le début de l’entretien diffusé hier soir par France 2, Nicolas Sarkozy ne joue pas vraiment franc jeu. Pour preuve : il ne regarde même pas Laurent Delahousse dans les yeux quand il le gratifie d’un joyeux « Merci de m’avoir invité« . Pourquoi regarder dans les yeux quand il s’agit d’une complaisance et d’une hypocrisie ? Il fallait une jolie arène à l’ex-chef d’État pour annoncer son retour et son attaché de presse a simplement contacté une grande chaîne publique, point. Ce n’est pas une invitation.

La suite, tout le monde en parle à la cafétéria, dans les bistrots ou sur les réseaux sociaux. Ce ne sera qu’une suite d’auto-congratulations, de caresses dans le sens du poil à ces « Français simples et dignes » ( formule d’Henri Guaino, député UMP, pour parler des Français contre le « mariage pour tous ») et de reproches à l’animateur préférée des ménagères.

Lequel est d’ailleurs revenu sur le débat de société qui fait couler tant d’encre à cause des manifestations parfois violentes du peuple français au premier semestre 2013 : le fameux « mariage pour tous ». Alors qu’il avait affirmé récemment ne pas en faire une priorité dans son programme présidentiel s’il devait se représenter et qu’il souhaite « rassembler » toutes les individualités, Nicolas Sarkozy a sous-entendu hier soir qu’il comptait bien venger les gens humiliés par le débat sur le mariage entre personnes de même sexe. « On a blessé des gens, qui se sont radicalisés (…) On a humilié la famille » a-t-il dit, tête haute.

On sent bien que l’ancien président cherche encore comment récolter le plus de voix possible s’il devait refaire campagne en 2017. Le sous-entendu de cette nouvelle sortie médiatique révoltant les associations LGBT est que la famille n’existe que sous un seul avatar : celui de la famille nucléaire. Papa, maman et leurs enfants ont vu leur image bafouée par le gouvernement ayant porté cette réforme. Sarkozy ne fait qu’adopter lui-même la mutation de la rhétorique entendue et réentendue durant les débats par les personnes hostiles à la réforme : tout le monde a aujourd’hui des amis homosexuels mais l’opposition au mariage signifie la protection de la famille. La famille, cette corde sensible à faire bouger pour présenter son argumentation (et opinion) comme un fait irréfutable et inébranlable.

La rhétorique que révèle l’interview menée par Delahousse s’appuie, du côté des anti-mariage pour tous, sur ce qui est ressenti comme une menace : ceux qui se présentent comme les garants, ou supporters, de la norme se sentiraient – selon leur discours – victimes d’une violence causée par le projet de loi du gouvernement Hollande. Ainsi l’ordre symbolique est bousculé et le tissu social sera réduit en lambeaux. Les manifestations « anti » et leur florilège de slogans peuvent inclure la confusion entre un jugement de valeur morale et un jugement descriptif sur un certain équilibre de vie, un certain bien-être. Une orientation idéologique est d’office donnée à la manifestation des hostiles au projet. Le fait de demander législativement les mêmes droits serait un mal moral car on ne penserait pas au bien-être des enfants. C’est à peu près le discours de Sarkozy hier soir. Bref, son projet pour la France n’est donc pas pour tout le monde.

Enfin, si Nicolas Sarkozy souhaite relancer les discussions sur le mariage pour tous, c’est qu’il a peut-être un peu joué son rôle dans l’incursion du religieux dans le débat en 2012-2013. Avant que le débat ne s’ouvre sous la présidence socialiste actuelle, M. Sarkozy ne s’est-il pas félicité de ce que le curé ou le pasteur serait un garant moral beaucoup plus fiable que l’instituteur ? De plus, avant que l’ancien maire de Neuilly ne cède sa place à François Hollande à l’Élysée, il avait lancé le grand débat sur l’identité nationale et avait rappelé le grand principe de laïcité (clin d’œil aux musulmans) : la religion catholique était censée fonder une France de souche. Le programme de la Droite Forte, une des motions de l’UMP pousse pour le fait d’inscrire dans la Constitution que la France est « un pays laïc de tradition chrétienne ». Ce souhait un peu beaucoup paradoxal dans le fond rend aujourd’hui possible l’alliance possible entre droite, extrême-droite et groupes catholiques militants. Une action que les Catholiques ont pris comme un encouragement à s’engager dans le débat politique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s