Jean-Pierre Castaldi s’enferme dans une boîte ! [Interview]

Entre 110 et 120 personnes chaque soir à Binche pour sa « Boîte à Images ». Jean-Pierre Castaldi est content ! Entretien très convivial avec un comédien accessible (et pas avare de confidences) en tournée dans toute la Belgique jusqu’au 19 juin. 

Rencontre avec Jean-Pierre Castaldi à Binche - 16.04.2016

Chaque soir, et rien qu’en Belgique, Jean-Pierre Castaldi monte sur scène pour présenter « La Boîte à Images », un spectacle itinérant sur son amour et sa passion du cinéma. En deux heures de séances, le public en prend plein les oreilles (et la vue) avec beaucoup d’anecdotes. Un concept renouant avec le café-théâtre donc normal que le public puisse dévorer du pop-corn pendant que Jean-Pierre ne s’économise pas. « La télé régionale du Centre » a vendu ça comme LE spectacle à voir. Je suis arrivé à Binche en terrain conquis avec des soirs quasiment sold-out. Idem à Rochefort, Verviers et Charleroi. »

On rencontre donc un Jean-Pierre Castaldi ravi et comblé ce samedi 16 avril dans la ville du carnaval.

 » J’ai rencontré Cédric Monnoye, brillant jeune producteur belge qui a notamment produit « Les Bijoux de la Castafiore » et le Festival du Film Policier de Liège. Il y a trois ans, le concept reposait sur du jazz à l’intérieur d’une boîte. Celle-ci revient avec moi dedans. Lors d’un festival à Waterloo, il m’a présenté cette idée de récit de l’histoire du cinéma où je serai aidé d’un écran. D’emblée, il m’a dit qu’il souhaitait faire ça sur quasiment un an, de septembre à juin. J’ai trouvé le concept génial et j’ai dit banco. Les conditions ont été bouclées et je suis arrivé en août 2015 à Bruxelles pour répéter. Depuis, je suis en Belgique pour un an – non pas pour raisons fiscales – avec un aller-retour le week-end à Paris toutes les deux semaines. Le bouche-à-oreille s’est surtout fait entre octobre et novembre derniers. »

AMOUREUX DE LA BELGIQUE ET DU THÉÂTRE

Jean-Pierre Castaldi dit adorer notre pays, où vit l’un de ses meilleurs amis, « géant de la communication » et où il a présenté le cortège folklorique de l’Ommegang. Il nous avoue même qu’il va être décoré comme Citoyen d’honneur de la Ville de Liège très bientôt. « J’y viens tellement souvent… Le nouveau gouverneur de la Ville aimerait me loger au palais. Je suis rentré dans le cœur de votre pays à travers cette expérience qu’est « La Boîte à Images ». J’ai pu rencontrer des échevins et des gouverneurs. On me fait visiter ce qu’il y a d’intéressant. Un vrai voyage initiatique où je rencontre de belles personnes.» Chez nous, il est donc en terrain conquis, de par sa popularité et ses amitiés cultivées. Le comédien avoue vivre une expérience jubilatoire : « Le public belge vient pour faire la fête et pas pour tirer la gueule. C’est un bon public rieur et connaisseur, on ne doit pas vous vendre n’importe quoi. Les Français aiment la fête, c’est juste un peu plus prout-prout à Paris.» Et c’est d’abord la province qui aura les honneurs de sa prochaine comédie. Il retournera prochainement à Paris pour les répétitions d’une nouvelle pièce, « Aux frais de la princesse », dont 45 dates sont déjà programmées dans toute la France. Un directeur de théâtre achètera peut-être ce Feydau pour la capitale ensuite. « Une mécanique implacable avec les portes qui claquent donc ce sera drôle, drôle, drôle. Normalement, je devrais d’ailleurs revenir à Binche pour la jouer. Et aussi au Luxembourg car je suis très populaire là-bas. »

L’ESPOIR DU RETOUR AU CINÉMA

Mais maintenant ou à son retour chez nous, pas question pour lui de se jeter sur nos bonnes gaufres. Délesté de 25 kilos, Jean-Pierre Castaldi avoue faire très attention… et notamment pour son retour au cinéma. Sous la lumière un peu crue de cette belle boîte, on lui reconnaît d’ailleurs un petit air de Robert De Niro. « C’est une troisième carrière sur grand écran qui s’annonce maintenant pour moi, ce que j’appelle les rôles de vieux. J’ai disparu depuis dix ans et j’espère un come-back sur des rôles intéressants. Les anciens nous quittent et d’autres doivent prendre leur place. Je suis dans la tête de deux, trois jeunes producteurs mais le cinéma reste une occasion et une rencontre. Les choses ne sont pas si évidentes. Beaucoup de choses se font en amont.»

Et la télé ? « Ça ne m’intéresse pas. Deux ou trois séries sont bonnes mais on ne me propose pas des rôles consistants. En plus, je fais beaucoup de théâtre et je suis très pris lorsque je pars en tournée. J’ai suffisamment de rediffusions pour exister donc je m’en fous. » L’image avec cheveux blancs restera car l’acteur est bien décidé à l’imposer. Plus question de paraître 50 ans pour postuler chez les producteurs d’Astérix et Obélix. Il avoue cependant aimer « Danse avec les Stars » malgré la cadence imposée. « A 72 ans, ce n’est plus possible mais j’aurais aimé y participer, moi qui suis un ancien grand danseur de rock. Le niveau est devenu trop élevé. » Trop vieux, certes, mais pas au point de se faire appeler Papy : « Dans la famille, on m’appelle Casta, moi, monsieur ! »

© Luigi Lattuca

Boîte à...

« La Boîte à Images », c’est donc jusqu’au 19 juin en Belgique et rien que chez nous. « On n’aurait pas pu faire ça en France. Trop d’autorisations à demander, trop de papiers à remplir », se désole Jean-Pierre Castaldi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s