Amanda Lear : laissez-la vous divertir…… puisqu’elle vous le demande [Interview]

 

Alors qu’on entre dans l’été, la septuagénaire vit de nouveau une actualité brûlante : un double-album (sorti un 13 mai), une nouvelle pièce de théâtre (qui s’arrête pendant l’été) et peut-être bientôt un concert. Entretien avec une Amanda qui fait les questions et les réponses.

Amanda-Lear

Amanda Lear, reine de la nuit ? Plus vraiment… plutôt reine des soirées. Après les pièces « Panique au Ministère » (qui avait notamment cartonné dans toute la Belgique et sur la RTBF), « Lady Oscar » et « Divina », elle présente au public parisien depuis février « La Candidate », la suite de « Panique » où elle se présente carrément à l’élection présidentielle française de 2017.

Au bout du fil, elle est très heureuse d’aussi parler de son nouvel album, « Let Me Entertain You » (« Laissez-moi vous divertir » pour les non-anglophiles), qu’elle espère porter jusqu’à la scène. Que de croix sur le calendrier ! « Moi, vous savez, vu mon espérance de vie, je ne fais pas trop de projets sur les dix ans à venir. » nous lance-t-elle nonchalamment. Mouais, on a du mal à la croire tant les propositions se bousculent au portillon. Amanda Lear joue donc sur scène à Paris, s’apprête à partir à Rome fin juin pour un film… et vient de sortir un double-album. Chaque interview avec cette croqueuse d’hommes, pardon, de projets  a donc de quoi durer une heure… « C’est très excitant de sortir un album un vendredi 13. Je suis très superstitieuse comme tous les artistes. Normalement, ça porte chance ! » Elle s’y est consacré durant presque toute l’année 2015 alors qu’on lui écrivait une nouvelle pièce. Une année en studio pour un disque pensé dès le départ comme une double compile. « Ca ne m’était jamais arrivé et il était temps de marquer le coup. A force de jouer des rôles comiques et d’enchaîner les pièces, les gens avaient oublié que j’étais chanteuse. J’ai souhaité leur rafraîchir la mémoire et revisiter toute ma carrière musicale. »

 

TOUT POUR LA FRANCE

amanda lear

La pochette du nouvel album de la diva

Un disque pensé pour la scène, le lieu où les gens viennent vous voir pour écouter le nouveau matériel mais également les étoiles d’une couronne et les blessures de guerre. Mais Amanda est plutôt pour un retour au positivisme. « J’ai écrit de nouvelles chansons en français car on me reproche souvent de ne chanter qu’en anglais. Les Français sont vraiment à part. Bref, dans ces nouveaux textes – dont « Couleurs » car je peins beaucoup -, je suis sur des notes optimistes car les temps sont assez noirs. J’ai pris exemple sur Charlie Chaplin ou Tony Bennett. » Et aussi étonnant que cela puisse paraître, cet album du plaisir fut pour l’artiste la première occasion de voir d’authentiques instruments de musique dans un studio ! Adieu les ordinateurs, les machines, les synthés, les boîtes à rythmes et bonjour les clarinettes. Elle l’avait déjà martelé sur la pochette d’un album précédent : « I don’t like disco ! ». De la nouvelle musique qui lui donne des envies de récital, de tournée, de partage avec son public. « Vous savez, c’est quand même mon 18ème album donc j’en ai des centaines, de chansons ! Mais ce n’est pas pour tout de suite. Une fois que vous cartonnez au théâtre à Paris, on vous prolonge sans cesse ! ». Un bémol pour la Lear qui adore le changement et avoue se lasser très vite. « La pièce « La Candidate » fait quasiment salle comble chaque soir malgré les attentats de Paris et de Bruxelles et je m’arrête en juin pour aller tourner dans un film pendant un mois à Rome. Je reprends ensuite à la rentrée jusqu’au début de l’hiver. Puis, stop hein. Je ne vais pas la faire toute ma vie non plus ! » Avant qu’on ne la traite d’ingrate, elle ajoute « Je me rends compte que j’ai beaucoup de chance. Des tonnes d’auteurs me contactent pour m’écrire des projets et je suis ouverte à tout. Ca m’excite de chercher de nouveaux moyens pour faire passer de nouvelles idées. » Nul doute qu’elle donc prépare déjà la suite…

 Interview > © Luigi Lattuca pour La Dernière Heure

 

A quand un retour sur une scène belge ?

 Me lasser vite, dit-elle souvent. On en aurait presque la larme à l’œil… Cela signifie donc qu’Amanda ne viendra pas présenter sa pièce en Belgique ? « Je ne me suis pas encore décidée, nous avoue-t-elle. Les tournées sont fatigantes surtout si elles surviennent après plus de 50 dates à Paris. Dans l’idéal, j’aurais adoré commencer par présenter « La Candidate » dans un autre pays que la France et ainsi venir à Bruxelles et Liège. J’adore le Forum de Liège chez vous ! Le souci, c’est que quand ça marche à Paris, vous êtes coincé. On veut absolument vous garder ! Vous élisez domicile dans le théâtre et vous n’avez plus de soirée pour aller au cinéma ! En plus, la pièce sera prochainement filmée et c’est certainement foutu après pour la Province. Qui paiera encore 40après avoir regardé la pièce sur une chaîne ? C’est dommage pour les Provinciaux car la culture est plus rare chez eux et donc chaque événement en est réellement un. Les gens vont limite chez le coiffeur pour venir vous applaudir ! »

En grande fana des moules-frites, Amanda aimerait sincèrement refouler les scènes belges. Elle a déjà son hôtel attitré près de la Grand Place  de Bruxelles et des tas d’amis aux quatre coins de notre capitale. Le côté blasé et très « soldat » des Parisiens l’ayant lassée, elle a élu domicile en Provence. « Paris est juste un lieu de travail. Tout se passe là mais j’ai besoin de soleil car ça me rappelle l’Italie. » On la quitte donc en lui annonçant que la Belgique a un peu des airs de Italie en ce moment avec un climat très agréable. Au cas où ça lui donne envie d’y revenir… L.L.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s