BeTV boosté à bloc pour sa nouvelle saison !

SPECTRE

Daniel Craig stars as James Bond in SPECTRE.

Le bouquet payant promet de nouveaux voyages et de nouveaux horizons dans ses cartables de rentrée. Voici le programme.

Chaque année, BeTV confie la presse dans un lieu différent. Ce matin, c’est au musée MIMA de Molenbeek que nous avions rendez-vous pour découvrir l’offre 2016 – 2017 des 7 chaînes du groupe. Et le cartable de Be 1, Be 1 +1h, Be Séries, Be Ciné, Ciné+ Premier, Ciné+ Frisson et Ciné+ Classic est bien rempli. Après un travail de visionnage particulièrement dense, qu’ont acheté les acquisiteurs ?

Des séries en pagaille

Même si le teaser qui lançait la conférence mettait plus l’accent sur le cinéma, les chargés de communication et marketing de BeTV mettaient ensuite au bar – et dans leurs dossiers – l’accent sur les séries. Il faut dire qu’il y a de quoi faire sur les quelques 400 productions venues chaque année des Etats-Unis. Et encore plus depuis que des chaînes plus pointues comme Arte ont décidé de s’intéresser à ce qui se fait dans les pays nordiques et britanniques. Dès ce vendredi 2 septembre, Félicity Huffman lance la saison  de Be Séries avec 10 nouveaux épisodes d’American Crime. Damian Lewis (Homeland) lui emboîtera le pas samedi soir avec Billions. La trame consiste à coincer le beau roux pour délit d’initié. Le procureur (incarné par Paul Giamatti) y arrivera-t-il ? On nous la présente comme la nouvelle perle noire de Showtime. Be 1, elle, accueillera de nouveau Sélina Mayer, l’héroïne de Veep qui entre déjà dans sa 5ème année. Diffusion stratégique : un peu avant les prochaines élections présidentielles américaines, soit le 13 octobre.

Westworld©HBO

Le même mois : « Once upon a time », « Westworld » (série d’HBO – photo ci-dessus) et « Preacher » (série trash d’AMC). Et toujours « Braquo », « Homeland » et « House of Cards » en première exclusivité. On remarque que la chaîne puise de plus en plus dans le catalogue des chaînes câblées américaines et s’est même attribué le label Home of HBO pour Be1. La chaîne Séries est donc particulièrement gâtée cette année car elle fête son 10ème anniversaire. Le groupe se félicite d’ailleurs d’avoir anticipé, à cette époque, le bing-watching (visionnage gourmand de plusieurs épisodes à la suite).

Toujours les Magritte du Cinéma

Et que serait également BeTV sans le cinéma ? On nous annonce, pour passer de belles soirées, Star Wars – Le retour de la force, Marguerite, Mon roi, Le fils de Saul, American Ultra, Joy, 007 Spectre et presque 500 autres films. En plein hiver, nous aurons également droit à la 7ème cérémonie des Magritte du cinéma le samedi 4 février 2017. Un événement qui, grâce à son palmarès, permet de retrouver plusieurs têtes belges dans de plus en plus de fictions françaises que nos chaînes se font d’ailleurs un plaisir de diffuser. Un cercle vertueux. La cérémonie des César emboîtera le pas le 24 février.

1272652

BeTV est également fier de ses documentaires. Intégration Inch’Allah ouvre le bal ce 4 septembre à 21h sur Be1. Suivront Le studio de la terreur (sur la machine de propagande de Daech, Demain (le Césarisé qu’on ne présente plus, vrai carton en Belgique), La collection papillon – Milliardaires pour la bonne cause, Pour qui vote Hollywood ? et enfin Le grand jour (sur l’éducation et l’apprentissage)

 Des divertissements flambants neufs

Le Grand Journal fera toujours de l’actu culturelle et quotidienne mais avec Victor Robert. Le Petit Journal, lui, est désormais présenté par Cyril Eldin qui recevra les gens qui animent le débat public et font l’actualité. Mouloud Achour proposera une alternative à tout cela : Le gros journal, en direct depuis son bureau mobile. Il ira à la rencontre des citoyens pour des interviews annoncées comme « exceptionnelles » et  » à domicile ».

MOULOUD ACHOUR en 4/3

Mouloud Achour – Be 1 – du lundi au vendredi dès le 5 septembre

Ce sera aussi les 10 ans de L’effet Papillon et le baptême de la nouvelle émission d’Antoine De Caunes. Son titre original ? L’émission d’Antoine. Tendances, idées, manifestations, créativité, insolite, …En résumé, du lifestyle fantaisiste.

Vous l’aurez compris, cette année encore, c’est l’offensive pour BeTV. Une offre encore plus complète pas du tout influencée par Netflix ou le net, nous dit-on. Et inutile d’insister.

FELICITY HUFFMAN

AMERICAN CRIME -Saison 2 – dès le vendredi 2 septembre à 20h30

Texte : Luigi Lattuca

Photos : BeTV (presse)

Publicités

« Ravis par Marine » : le documentaire qui ne réjouit pas tout le monde

Un documentaire proposé lundi par France 3 permettait de revenir sur les raisons du succès du FN. Un succès fait de recettes correctement appliquées. Tout le monde n’est pas à la fête. Ni J-M Le Pen, ni les téléspectateurs.

 

1305677« Etre de droite, c’est d’abord refuser d’être de gauche » : cette phrase de Jean-Marie Le Pen prononcée en 1984 illustre bien pourquoi il n’a pas beaucoup apprécié la dédiabolisation de son parti par un membre de sa famille, la bien-connue désormais présidente du Front National Marine Le Pen. Car l’héritière du parti brouille désormais les pistes et emprunte même à la gauche des parties de son programme. On comprend pourquoi elle s’attire aujourd’hui le mépris de son père.

Lundi soir, un documentaire de 90 minutes (« Ravis par Marine ») a souhaité revenir sur les raisons du succès du Front National et a déchaîné les passions sur les réseaux sociaux. France 3 fut notamment accusée de réaliser la propagande du parti diabolique. Ce document donnait notamment à voir que si Marine Le Pen et le FN fonctionnent de plus en plus (comme l’indiquent les plus récentes élections), c’est parce qu’ils démontrent un certain « tempérament politique ». Cette notion fut introduite par François Goguel, considéré comme l’un des fondateurs de la sociologie électorale. Ce politiste disait que la politique n’est pas seulement nourrie d’idées et d’intérêts, mais aussi de tempéraments. Donc en plus d’être démagogue, Marine Le Pen met en avant des affirmations presque instinctives, en tout cas irrationnelles sur la nature de l’homme et la fin des sociétés. Elle propose des choses beaucoup plus « stables ». Elle met en avant les corrélations sociales. Le FN, c’est quand le politique rencontre le culturel.

Et c’est sans doute ce qui a manqué ces dernières années aux partis traditionnels. Ils ont tous les deux laissé des plumes dans la bataille… Le politique ne cesse de légiférer dans les domaines essentiels de l’être ensemble que sont la morale, les usages de la raison, la justice, le semblable ou le beau en demandant tout simplement aux personnes « du peuple » de les recevoir sous formes d’argumentations simplistes manquant souvent cruellement de psychologique et d’analyse sociologique de terrain.

Un hash-tag mal compris lundi soir

Le terrain, c’est précisément où Marine Le Pen and co sont présents. Le documentaire de France 3 donnait à le voir. Il démontrait également que l’ex-avocate est clairement devenue la star de son parti. Elle est très souvent citée comme « la sauveuse » (dixit Brigitte Bardot) des quartiers sensibles de France, notamment dans cette scène où le FN apprend à ses élus à rédiger un bon communiqué de presse : «Avec Marine Le Pen et le Front National et la liste que conduirai, nous rétablirons la sécurité dans votre quartier». Voilà pourquoi le mot-dièse « MarineLePen » fut mal compris par une grande majorité des internautes ayant tweeté. Cette soirée politique avec débat en direct sur le site de France TV Info disposait d’un mot-clé servant à relier les réactions sur le documentaire entre elles. Alors que le documentaire dévoilait scène inédite sur scène inédite (le FN ayant autorisé la chaîne à filmer sans restriction), les internautes se sont insurgés contre le choix du hash-tag MarineLePen pour des raisons philosophiques différentes. Hors de question de la placer en « trending topic » (sujet tendance du réseau), elle n’est pas le sujet central du documentaire, propagande déguisée, etc. Le compte Twitter officiel de France 3 s’est juste fendu d’un laconique« Comme précisé dans le débat avant le doc, je ne souhaite ni diaboliser, ni mettre en avant le FN, mais comprendre. » signé du réalisateur Frédéric Biamonti. Les interactions ne furent, hélas, guère présentes. Animer une discussion sur un sujet sensible n’est pas chose aisée et la soirée de lundi l’a, une fois de plus, rappelé.

On rappellera juste en guise de conclusion, aux plus frileux que le savoir est une arme et qu’une chaîne du service public, ayant dans son contrat des missions portant notamment sur l’éducation permanente, compte sur nous pour utiliser notre esprit critique. Rendez-vous en 2017.